• Vingtième chapitre.

              Ce matin, je me réveille plus fraiche que jamais. Mon réveil affiche 8h45. Malgré le fait que Lisa et moi n'avons presque pas dormi de la nuit, je ne me sens absolument pas fatiguée, même si j'ai vraiment encore envie de dormir; une heure de plus ou de moins... J'aimerai revoir Mike aujourd'hui... Mais... Je ne sais pas si papa me laissera sortir de nouveau, et je n'aimerai pas qu'il se doute qu'il se passe quelque chose entre Mike et moi.
    - J'ai la flemme de me lever ! me lance mon amie, qui se réveille, elle aussi.
    - T'inquiète pas, moi aussi, mais il va bien falloir qu'on le fasse quand même !
    - On dort encore un peu... Juste un peu... continue-t-elle. 
     Nous refermons les yeux un instant. Une voix masculine me tire de mon sommeil léger.
    - Mesdemoiselles, debout je vous prie ! Pas d'excuse, il est 10h00.
    - Mmmmh, dis-je en soupirant.
     J'ouvre un œil et aperçoit Lisa à travers la faible lumière de mon radioréveil; elle dort la bouche ouverte.
    - Bien, jeunes demoiselles, vous l'aurez cherché. 
     En quelques enjambées, le majordome de la famille se rue sur les volets et les ouvres rapidement. La lueur du jour aveuglante pénètre dans la pièce.
    - On peut pas dormir tranquille... murmure Lisa, encore à moitié endormie.
     En guise de réponse, Jack lui retire son oreiller d'un coup sec.
    - EH ! Mais ça va pas ?! crie-t-elle.
     Intérieurement, j'ai envie d'exploser de rire, mais je me retiens et sors de mon lit.
    - C'est bon Jack, on se lève, on se lève, lui dis-je en le regardant droit dans les yeux.
    - J'espère bien. 
     Il quitte la pièce en jetant un regard amusé à ma meilleure amie, qui est visiblement encore sous le choc. Elle se lève, tant bien que mal, et se regarde dans un miroir. Pendant ce temps, j'attrape mon portable et regarde mes notifications. Sur le profil Facebook de Lucie, il est écrit qu'elle est en couple. Le nom du garçon n'est pas mentionné. Je me demande bien de qui il s'agit...
    - Tu savais que Lucie avait un petit ami ? demandé-je à Lisa.
    - Euh, non. Elle en a un ?
    - Apparemment.
     Je dépose mon téléphone sur la table de nuit et ouvre ma porte de chambre. Je descends, suivie de ma meilleure amie qui peste à voix haute contre Jack. Parfois, elle me fait rire.
    En arrivant dans le salon, j'aperçois papa, qui est au téléphone. Je décide de ne pas le déranger maintenant, et pars dans la cuisine. Simone m'accueillle, le sourire aux lèvres. 
    - Que veux-tu pour le petit déjeûner ma puce ?
     Ce matin, c'est la première fois que je la vois de si bonne humeur.
    - Rien, merci, je vais filer à la salle de bain; je n'ai pas très faim. Lisa ? Tu veux quelque chose toi ?
    - Oui, je vais prendre un fruit s'il te plait, ça suffira.

    ......................................................

    Pour le programme de l'après-midi, Lisa et moi avons prévu d'aller nous balader au centre ville. Comme d'habitude, la circulation se fera rare, nous serons tranquille. J'ai envie de me promener, ou bien de faire du sport.
    Je lui propose de faire un petit footing qui nous entraînera au cross du lycée qui arrive très prochainement. Lisa n'est pas très sportive en temps normal, mais elle accepte; surtout pour me faire plaisir.
    Comme ma meilleure amie n'a pas de tenue de sport; je lui en prête une, puis, nous nous habillons rapidement. Je me remonte les cheveux en queue de cheval, et les fais tenir avec de la laque, tandis qu'elle se fait un rapide chignon.
    Toutes deux étant prêtes, nous nous élançons à petite foulée jusqu'au stade; qui se trouve à environ un kilomètre de la maison.
    - On fait un sprint ? me demande-t-elle entre deux respirations.
    - Tu vas perdre !
     Nos petites phrases sont hachées, au rythme de nos pas. Nous accélérons autant que nous pouvons; jusqu'à ce que nos muscles nous brulent. Je me donne au maximum. En endurance, je suis nulle. En revanche, en sprint, j'ai toujours été la meilleure de ma classe.
    Je prends de plus en plus d'avance, et finis par dépasser mon amie d'une dizaine de mètres.
    - Haha ! Je t'avais prévenue ! je lui lance, essoufflée.   
    - Bon.. Ok... Tu as... Gagné... Cette fois-ci... me répond-elle en soufflant entre chaque mot.
     Nous marchons jusqu'au stade, où j'ai la bonne idée de proposer :
    - On va se chronométrer; on fait toute les deux trois tours complets sans marcher, à la vitesse qu'on veut. Chacune notre tour.
    - Tu commences alors ! me dit-elle.

             L'ensemble de l'après midi s'est bien déroulé. La mère de Lisa est venue la chercher aux alentours de 16h. Je suis rentrée en voiture, après avoir appelé Jack. Ce soir, je vais lire un peu. Mais je me coucherai tôt; j'ai besoin de sommeil. Je n'ai malheureusement pas pu voir mon chéri aujourd'hui; il a passé la journée chez de la famille apparemment.
    Le positif, c'est que je vais le retrouver dès demain, au lycée.

     

     

    « Dix-neuvième chapitre.Vingt-et-unième chapitre. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :