• Vingt-sixième chapitre.

                Nous nous sommes tous retrouvé à l'endroit prévu, puis, nous avons déjeuné.  L'après-midi, nous avons continué les attractions, j'ai battu Alexia plusieurs fois, mais, en revanche, je n'ai pas parlé à Lucie de la journée.
    Nous venons de rentrer à la maison. Papa a invité Kristina a passer la soirée chez nous.
    Je monte dans ma chambre comme une flèche et regarde mon téléphone. Je n'ai qu'un message de Mike, et trois de Jacob. Je lis d'abord celui de mon petit ami :
    "Passe une bonne journée mon ange, je t'aime." Il est trop mignon !
    Ensuite, je lis les messages de Jacob; je me demande bien ce qu'il me veut, et où il a eu mon numéro...
    "Salut, c'est Jacob, comment tu vas ?"; "Je voulais savoir si on pouvait se voir un de ces quatre..."; "Fais-moi savoir quand tu es libre ! Bisous."
    D'accord... Bon, maintenant que nous sommes des amis lui et moi, il est normal qu'il me propose de le retrouver un jour pour passer du temps avec lui. Mais, en priorité, je veux revoir Mike.
    Quelqu'un frappe à ma porte :
    - Oui ?
     Mon père entre dans ma chambre, accompagné d'Alexia.
    - Les filles, je vous laisse passer du temps ensemble. Il faut bien vous y faire. Venez grignoter quelque chose en bas quand vous voulez. Simone est malade, elle ne travaille pas ce soir.
     Alexia s'avance et s'asseoit sur ma chaise de bureau. Je la foudrois du regard, mais mon père me lance :
    - Florencia.
    - Quoi ?
    - Pose ton portable.
    - Pff, oui, je lui réponds en jetant mon téléphone sur mon lit.
     Puis, il referme ma porte. Me voilà seule avec ma demi-sœur. Tout naturellement, je reprends mon portable et réponds à Mike :
    "Journée de fou avec Christopher. Malheureusement, toute bonne chose a une fin, et là, Alexia est avec moi, dans ma chambre :("
    Sa réponse ne tarde pas :
    "Content que tu te sois amusée. Bonne soirée avec ta sœur ! :D"
     Je sourie en coin puis lève les yeux vers Alexia. Elle feuillette un livre qui est posé sur mon bureau. Je m'apprête à répondre à Mike, mais soudain, un frisson d'angoisse me parcourt tout le corps.
    Mes yeux se reposent sur le fameux livre. Oh non ! Le livre de la bibliothèque sur les dons surnaturels !
    Je me lève d'un bond et lui retire le livre des mains.
    - Eh mais ! bredouille-t-elle.
    - Ne touche pas à mes affaires !
     Elle ricane.
    - Oh, alors tu as compris...
    - Compris quoi ? dis-je en serrant le livre contre moi.
    - Que nous sommes pareilles toi et moi... Des sœurs parfaites, qui se ressemblent beaucoup...
     A chaque mot qu'elle prononce, elle se rapproche de moi en caressant mon bureau du bout des doigts. Je recule par précaution.
    - Là, tu te trompes, nous sommes complètement différentes toi et moi. On n'a aucun point commun !
    - Tu es sûre de ça ? Ce n'est pas l'impression que tu m'as donné aujourd'hui...
    - Ah... dis-je en me reculant encore.
     Je pose mon livre sur la commode de ma chambre puis fixe mon interlocutrice. La chaise de bureau se décale toute seule. Je ne peux m'empêcher de lâcher un cris de surprise.
    - Ah !!
     Alexia ricane d'un air mauvais. Puis, quelqu'un frappe à la porte, je ne retiens pas un soupir de soulagement.
    Kristina entre, puis demande :
    - Tout se passe bien les filles ?
    - Merveilleusement bien maman, lui répond Alexia, nous nous rapprochons de jours en jours.
    - Bien. Vous avez faim ?
    - Non, répond ma demi-sœur.
    - Moi si, j'ai une faim de loup, je m'empresse de répondre.
     Je me précipite vers la sortie, mon téléphone dans une main et mon livre dans l'autre. Je descends les escaliers rapidement, puis m'installe sur une chaise du salon, à côté de mon père.
    - Tu vas bien Florencia ? me demande-t-il.
    - O-oui. Je crois.
     Il lève un sourcil et termine les dernières gouttes de vin rouge qui se trouvent au fond de son verre.
    - Je vais bien, je descendais juste pour euh... Pour prendre quelque chose à boire. J'ai super soif.
     Sur ce, je quitte ma place pour aller dans la cuisine. Arrivée à ma destination, je pose le livre sur la table et l'ouvre. Je ne sais pas vraiment ce que je cherche, mais j'ai le pressentiment que c'est important. Je tombe sur une page au hasard et la lis :

    "Il existe deux types de magie. La magie noire, et la magie blanche. Les deux ont une force égale, la seule différence est que le bien ne triche pas, mais le mal, utilise n'importe quel moyen pour gagner. Ne faites jamais confiance à quelqu'un qui possède des dons de magie noire. Cette personne sera forcément sournoise, et arrivera à ses fins, peu importe ce qu'il peut se passer.
    Les personnes les plus expérimentées qui contrôlent leurs dons à merveille peuvent passer au stade supérieur et lancer des sorts. Pour cela, exprimez votre idée en faisant des rimes. Par exemple, pour faire taire une femme, dîtes : Toi, méchante sorcière, plus jamais tu ne parleras avec cette langue de vipère !
    Cela demande énormément de pratique. N'abusez jamais de la magie, ou elle se retournera contre vous."

    Cette découverte m'excite sans doute autant qu'elle m'effraie. Il va vraiment falloir que je m'exerce. Surtout si Alexia sait qui je suis, et si elle est plus forte que moi. Je remonte dans ma chambre et ouvre la porte comme une furie. Alexia se lime les ongles, assise sur mon lit. Elle me regarde, un sourire aux lèvres.
    - Qu'est ce que tu as ? je lui demande.
    - Rien, rien.
     Je tente rapidement de lire dans ses pensées, mais c'est impossible. Comme si elle me sentait venir et qu'elle me bloquait. Machinalement, je serre mon livre entre mes mains, comme si c'était une bouée de sauvetage.
    - Maman m'a demandé de descendre tout à l'heure. Elle veut qu'on mange un peu, me lance Alexia comme si de rien était.
    - Ah, ok. Après toi.
     Pendant qu'elle sort de ma chambre, je cache mon livre sous mon matelas, refais mon lit et sors à mon tour. Lorsque j'arrive en bas, les deux adultes présents prennent un café, Alexia s'installe à côté d'eux. Je m'approche doucement, puis m'assois à côté de mon père.
    - Quoi de neuf ? demande-t-il.
    - Moi rien, répond Alexia.
    - Et toi Florencia ? renchérit Kristina.
    - Moi ? Ben... Rien en fait.
    - Oh, elle fait sa timide, continue ma demi-sœur. Florencia, dis leur !
    - Leur dire quoi ? demandé-je.
    - Eh bien... Pour Mike.
     Mon père se racle la gorge et commence :
    - Mike, c'est qui ce Mike ?
    - Personne papa, un ami. Il est nouveau au lycée, il est dans notre classe.
    - Un ami ? pouffe Alexia.
    - Oui, un ami.
    - Bon, puisque tu ne te décides pas, moi je vais leur dire. Florencia et Mike sortent ensemble !!
     Mon père manque de s'étouffer et recrache le café qu'il avait dans la bouche.
    - Pardon ? gronde-t-il.
    - Chéri, tu as tout renversé... Viens avec moi, on va nettoyer tout ça, dit Kristina.
     Tout deux s'éloignent. Je reste seule avec Alexia.
    - A quoi tu joues ? je lui demande.
    - A te pourrir la vie, ça te va comme réponse ?
    - Qu'est ce que t'y gagnes hein ? En quoi ça t'avance, ça te plaît de faire du mal aux autres ?
     Elle prend une mine faussement vexée et dit :
    - Oh non... Ne me parle pas comme ça, je ne mérite pas tant de haine...
     Je souffle, je dois faire des efforts surhumains pour ne pas me jeter sur elle et l'étriper. Papa et Kristina reviennent à temps.
    - Bon, nous allons y aller Alexia.
    - Quand tu veux, je ne supporte plus d'être dans cette maison. 
     Cette garce me lance un regard satisfait, puis, elle et sa mère quittent la maison après nous avoir dit au revoir.


     

    « Histoire, histoire...Vingt-septième chapitre. »

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Mai 2016 à 23:32

    Hâte de lire la suite ! ;) encore un très bon chapitre et on avance dans l'histoire.

    Et oui d'après mes connaissances, avec la magie, il y a toujours un prix a payer...

      • Dimanche 8 Mai 2016 à 10:05

        C'est très gentil !
        Merci beaucoup ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :