• Point de vue de Lucie :

       Ce matin, lorsque j'arrive au lycée, je me remémore tout ce que m'a dit Alexia hier. Je dois réussir à redevenir amie avec tout ces bouseux. Ainsi, je saura ce qu'il arrive à Florencia et je me rapprocherai ENFIN de Mike. Je me suis habillée comme pourrait le faire Florencia : un slim bleu clair, un top volant rose pâle et des bottines. Sur moi, je trouve que ce style est ridicule. Mais je compte bien essayer de prendre la place de cette pimbêche.
    Sans m'approcher de mes vrais amis, je rejoins le groupe composé de Mike, Sophia, Lisa, Christopher et Matthew. Tous étaient en pleine discussion, mais dès lors qu'ils me voient arriver, ils se taisent et me dévisage. Christopher est le premier à prendre la parole :
    - Qu'est ce que tu fais là ?!
     Les filles échangent de drôles de regards, Mike a l'air ailleurs.
    - Je viens m'excuser. dis-je.
    - Je t'arrête tout de suite, tu peux garder tes excuses, intervient Sophia.
    - Non, vous ne comprenez pas. J'ai fais une grosse erreur en partant avec Alexia, je sais que c'était mal, j'en ai conscience maintenant... Je vous demande de me pardonner... Pardonnez-moi pour tout ce que j'ai fait, tout ce que j'ai dit...
     Il y a un court moment de silence; puis; Lisa dit :
    - Allez venez, on a cours.
    Tous acquiescent, et partent; me laissant seule. Je sens que ça va être compliqué...

    Point de vue de Florencia :

    - Papa, je vais en cours ! crié-je avant de sortir de la maison.
     Bien entendu, je n'ai absolument pas l'intention d'aller au lycée aujourd'hui, ni demain d'ailleurs. Je marche jusqu'à l'arrêt de bus. Depuis quelque temps, je refuse que Jack m'approche. Il se douterait de quelque chose sinon.
    Je me dirige vers un petit magasin du coin.  Mon sac à dos sur les épaules, j'entre et me dirige vers le rayon des boissons énergisantes. Je prends plusieurs canettes et les fourre discrètement dans mon sac. Je prends aussi des paquets de chips et de gâteaux.
    Je m'apprête à sortir du magasin; quand soudain, une alarme retentit. Les yeux de chaque personnes se posent sur moi. J'avais complètement oublié le système d'antivol. Le vendeur se rapproche de moi et m'ordonne d'ouvrir mon sac.
    Bien sûr, je ne compte pas le faire :

    "Je t'ordonne d'oublier ce que tu as vu,
      Les produits que j'ai, tu me les as vendus,
      Laisse moi partir d'ici,
      Ou je te le ferai payer, durant le reste de ta vie."

    Je me dépêche de sortir d'ici, sans faire attention aux autres clients.

    Point de vue de Mathias :

    Je crois halluciner en voyant Florencia ressortir de ce magasin. Elle ne s'est pas rendu compte de ma présence. Je me rends compte que la situation s'aggrave, elle part en vrille. Il faut absolument que je prévienne mon cousin.
    J'envoie donc un message à Mike : "Rejoins-moi à la maison, dit que tu as un rendez-vous"; sa réponse ne tarde pas : "J'arrive".

    Je rentre rapidement et l'attends. Lorsqu'il rentre, je lui saute presque dessus :
    - Il faut qu'on parle de Florencia.
    - Elle va bien ??!
    - Oui. Enfin, non.
    - Qu'est ce qu'elle a Mathias ?
    - Aujourd'hui, je l'ai vue voler des choses dans un magasin, et hypnotiser le vendeur pour qu'il la laisse passer. Et l'autre jour, elle était sur le point de se faire agressée. Si je n'étais pas arrivé, elle se serait faite violée, sans aucun doute. Ils étaient cinq ou six.
    - Quoi ?!! Pourquoi tu ne m'as pas parlé de son agression avant ?!!!
    - Je ne voulais pas t'affoler.
    - C'est pas possible... Il faut que je fasse quelque chose..
    - Mike, pour le moment je ne suis pas sûr qu'on puisse faire quoique ce soit. Elle ne veut rien entendre.
    - Laisse-moi lui parler.
    - Comme tu veux Mike. Mais, je ne sais pas où elle est allée.
    - Je me débrouillerai.

    Point de vue de Mike :

    Cela fait bientôt une heure que je rentre dans des bars cherchant désespérément Florencia. En ressortant du bar "Granny"; je vois Clara qui se dirige vers moi. Quoi ?! Qu'est ce qu'elle fait ici ? J'étais sûr qu'elle était rentrée chez elle !
    - Salut Mike !
    - Bonjour.
    - Comment tu vas aujourd'hui ? me demande-t-elle, en battant des cils.
    - Je suis pressé Clara.
    Je passe en prenant soin de ne pas la bousculer. Cette dernière m'attrape le bras.
    - Je peux venir avec toi ? me demande-t-elle.
    - Non.
    - Elle est où ta copine ?
     J'ai l'impression qu'elle se fiche ouvertement de moi, ça ne me plait pas du tout. Je m'approche d'elle, et lui chuchote à l'oreille :
    - Laisse-moi tranquille Clara, moi ça ne m'amuse pas. c'est la dernière fois que je te le dis.
     J'aperçois alors Florencia au loin, marchant sur un trottoir. Je peine à la reconnaître : elle porte une mini jupe noire, des collants noirs troués de partout et un tee-shirt qui laisse apparaître presque la totalité de son ventre. Je repense soudain au fait qu'elle a faillit se faire agresser. Je laisse Clara en plan et cours pour rattraper celle que j'aime.


    votre commentaire
  • Point de vue de Mathias :

       Cela fait déjà quelques mois que l'état de Florencia va de mal en pire. Nous sommes le 3 février, et, elle continue sur la mauvaise voie. J'ai cherché dans un maximum de livres de magie; j'ai cherché un sortilège susceptible de fonctionner. J'en avais pourtant trouvé plusieurs, mais, aucun n'a fait effet. Florencia a l'air d'être complètement insensible.
      Je me charge de veiller sur elle tous les jours; je passe la voir ou l'observe de loin, rapidement. Je m'assure qu'elle ne fasse pas de bêtise. Parfois, je prends de ses nouvelles, je lui parle, même si je vois bien que ça ne l'enchante pas.
    Mon cousin et elle se sont séparés; lui est détruit et désespérément amoureux, elle s'en contrefiche et vis sa vie. J'ai remarqué qu'elle n'est plus très proche de ses amis, elle leur parle assez mal et prend tout à la légère.
    D'après ce que j'ai compris, son père pense qu'elle est en pleine crise d'adolescence et ne s'inquiète pas plus de son état. Après tout, comment lui expliquer ce qu'il se passe vraiment ?
       Comme chaque dimanche, j'attends que Mike vienne à la maison, nous allons nous faire une partie de jeux vidéos. D'ailleurs, il sonne justement à la porte :

    - Entre ! C'est ouvert !
    - Salut cousin ! dit-il en me faisant une petite accolade.
    - Hey !
     Nous nous installons sur le canapé en face de la télévisons. Je commence à allumer la console, quand soudain, il me pose la question qu'il me pose toutes les semaines :
    - Comment va-t-elle ?
    - Disons que ça ne s'arrange pas...
     Mike peste. Il est à la fois déçu, énervé, et, il se sent coupable.
    - Mike...
    - Arrête ! Ne me ressors pas encore tout ton baratin ! C'est de MA faute !
    - Non. L'état de Florencia n'a rien à voir avec toi.
    - Bien sûr que si ! Elle me l'avait dit ! Elle m'avait prévenu... Et je ne l'ai pas écoutée...
      Je cherche mes mots pendant quelques instants puis lui réponds :
    - Et avec cette Clara alors ?
    - Elle m'a appelée hier, me disant qu'elle est bien rentrée chez elle. Pour le moment, elle n'est plus à Forks, mais, j'ai peur qu'elle ne baisse pas les bras et qu'elle revienne.
    - Ne la laisse pas revenir si tu veux avoir une chance de retrouver Flor.
     Un court silence s'installe avant qu'il me demande :
    - T'as pas une bière ?
     Je ris et lui réponds :
    - Si, va voir dans le réfrigérateur.

     Lorsqu'il revient, nous nous ouvrons chacun une bouteille; puis la partie de jeu commence. Nous buvons, discutons, rions. Je sens qu'il oublie un peu ses problèmes, c'est une bonne chose...

    Point de vue de Florencia :

          Habillée assez simplement : un jean noir troué au niveaux des genoux, un tee-shirt manches trois quart presque fait entièrement en dentelle; je décide de sortir faire un tour. Je me lâche les cheveux, enfile mes bottines noires à talons et me rends au bar situé à quelques rues d'ici.
    En guise de raccourcis, je passe par des petits chemins sombres; quelques ruelles qui sentent l'alcool à plein nez. Je crois que c'est devenu mon odeur préférée. Lorsque le barman me voit, il me sourie, je crois que je suis devenue sa cliente préférée.
    - Qu'est ce que tu prends aujourd'hui Flori ? me demande-t-il.
    - Comme d'habitude, répondé-je en regardant autour de moi.
      Quelques minutes plus tard, il me tend un cocktail que je m'empresse de boire cul-sec.
    Dans ce bar, il y a de tout : des hommes qui travaillent sur leurs ordinateurs, des jeunes qui font des paris débiles, des gens seuls, des bourrés, des drogués... Je repère un garçon seul à une table et décide d'aller lui tenir compagnie.
    - Salut, toi ! dis-je.
    - Hey ma jolie !
     Il est grand, brun, une capuche sur la tête. Son visage est assez sombre, il a la gueule de bois.
    - Tu es toute seule ? me demande-t-il.
    - Oui.
     Je le regarde attentivement tandis qu'il finit son verre. Il se laisse séduire et me regarde à son tour.
    - Et toi, tu es seul ? je demande.
    - Pour le moment oui.
    - Pour le moment ? je répète.
    - Oui, j'attends des potes, on va pouvoir s'amuser...
     Il prononce cette dernière phrase en passant doucement sa langue sur ses lèvres. Je commence à me demander si j'ai bien fait de venir l'aborder.
    - Bon, je vais te laisser les attendre, dis-je, à plus !
     Je sors assez rapidement du bar et commence à rentrer. Quelques mètres plus loin, j'entends une bouteille de verre se brisée : un groupe de garçon bourrés s'amusent à exploser des bouteilles de bière sur les murs de la ville. J'évite de traverser cette ruelle et passe par un autre chemin.
    Malheureusement, le garçon de tout à l'heure me rattrape et me tiens fermement le poignet.
    - Eh ! m'écrié-je.
     Il se met à rire en compagnie d'autres garçons qui lui ressemblent beaucoup. Je me débats comme je peux et recule.
    - Allez ma jolie, joue le jeu ! dit l'un d'entre eux.
    - Tu vas voir, ça va être cool ! renchérit un autre en riant.
       J'entends les pensées répugnantes du garçon qui me tient le bras :
    "Elle est trop bonne, je vais me la faire"; "Je la droguerai si elle refuse"; "On va s'éclater"...
    Celui-ci commence à déboutonner son pantalon.
    - Tu me touches, je hurle ! menacé-je.
    - Non, tu vas être bien gentille et te laisser faire.
     Je regarde craintivement autour de moi, cherchant un passant qui pourrait me venir en aide, mais : personne.
    Ces crapules se rapprochent de moi, l'un d'eux me maintient les poignets contre le mur tandis qu'un autre ricane dans son coin.

    "Ces hommes, qui tente de me faire du mal,
      Je veux qu'ils soient sévèrement punis,
      Ainsi, leur sort me sera égal,
      Je veux qu'ils ne puissent plus voir de toute leur v.."

    Je n'ai pas le temps de finir ma formule que le garçon du bar se retrouve projeté à l'autre bout de la rue. Un autre s'effondre par terre. Mathias est en train de se battre. Il enchaine les coups de points et les coups de pieds, il s'en reçoit quelques-uns lui aussi.
    Je regarde cet affreux spectacle sans savoir quoi faire ni comment réagir.
    Lorsque tous les malfaiteurs sont au sol, Mathias se rapproche rapidement de moi :
    - Florencia !! Tout va bien ?!
    - Oui.
    - Qu'est ce qu'ils t'ont fait ces salopards ?!
    - Rien Mathias, ils ne m'ont rien fait.
     Pendant un instant, je suis soulagée qu'il soit là, je le prends dans mes bras. Il me serre fort contre lui. Je réalise soudain que c'est complètement ridicule et me défait de son étreinte.
    - Je n'avais pas besoin de toi, dis-je.
    - Tu rigoles ou quoi ?
    - Non, je m'en sortais très bien. J'allais tous les neutraliser d'un seul coup. Je n'avais pas besoin de toi Mathias ! Arrête de me suivre, arrête de veiller sur moi ! Je n'ai pas besoin de toi dans ma vie !
     Je ne lui laisse pas le temps de répliquer quoique ce soit, je m'éloigne rapidement.

    Point de vue de Jacob :

        J'ai envoyé plusieurs messages à Florencia. Elle ne répond pas à mes textos et évite mes appels. Je veux réussir à la conquérir, et, dans un seul but : pouvoir me remettre avec Alexia. Celle-ci ne supporte pas de voir Florencia heureuse. Elle veut tout simplement l'anéantir en faisant en sorte que Mike et elle ne soit plus ensemble.
    C'est là que j'interviens : je la drague, elle tombe amoureuse de moi, elle quitte Mike, je la largue, et le tour est joué ! Pourtant, elle a l'air d'être complètement insensible à mon charme... Bon, j'avoue quand même que cela me fait de la peine, elle, si généreuse... Si belle, si gentille... Mais, c'est pour Alexia que je le fais.
    - Tu m'écoutes abruti ?! me lance Alexia en me donnant une tape sur l'épaule.
    - Oui, désolé, tu disais ?
    - Elle sèche quelques cours depuis un moment. Cela ne lui ressemble pas. Et, Mike a l'air déprimé depuis que cette... Clara ? est partie. Je propose donc de faire en sorte que Lucie se rapproche de Mike pour qu'il se jette dans ses bras et lui dévoile un maximum d'informations sur sa protégée.
    - Après ce que Lucie et toi avez fait ? Il ne lui fera pas confiance.
    - A moi non, mais, à une ancienne amie de Lucie, oui.
    - Je ne comprends pas où tu veux en venir.
    - Mais c'est pourtant simple ! Lucie va faire semblant de redevenir leur amie à tous !
    - Quoi ?! Hors de question ! s'écrie la principale concernée.
    - Lucie, je ne t'ai pas demandé ton avis. réplique Alexia.

      Celle que j'aime se lève du lit et se dirige vers son amie.
    - Ecoute, c'est pour la bonne cause ! Certes, tu vas devoir trainer avec ces bouseux; MAIS; tu seras avec Mike.
    - Et qu'est ce que tu y gagnes Alexia ? demande-t-elle.
    - Je saurai grâce à toi ce qu'il se passe avec Florencia et je trouverai un point sensible pour l'anéantir ! C'est tout !
    - Moi, je ne comprends pas comment tu comptes t'y prendre... ajouté-je.
    - Toi, tu ne comprends rien du tout. me dit Alexia. Mais, si tu es bien gentil et que tu participes à ce plan, tu gagneras une nuit avec moi.
      Cette nouvelle me laisse sans voix. Bien sûr que je vais participer à ce plan !!
    - Bon, les filles, je vais vous laisser. Alexia, tu me diras ce que j'ai à faire ! Salut !
     Je sors de la demeure d'Alexia et rentre chez moi. J'ai encore pas mal de devoirs à faire.

    Point de vue d'Alexia :

      Une fois que Lucie et Jacob sont rentrés chez eux, je vais voir ma mère et lui demande :
    - Maman, quand est-ce qu'on retourne chez Louis ?
    - Quand Florencia et toi vous entendrez mieux.
    - Mais...
    - Non, Alexia. Tu te rends compte qu'on est obligé de mettre notre couple entre parenthèses parce que vous êtes toutes les deux des gamines capricieuses ?
    - Quoi ? Mais maman... Moi je n'ai rien fais de mal ! Après tout, je l'aime bien cette Florencia, elle est quand même presque ma demi-sœur ! C'est comme si elle faisait déjà partie de la famille...
    - Tu es sérieuse ?
    - Bien sûr que oui ! Et puis, j'aimerai bien qu'on devienne amie elle et moi. On serait les meilleures amies du monde ! Mais, elle... Elle ne veut pas, elle me fait toutes les crasses du monde...
    - On verra ça ma chérie...
    - S'il te plait... Nous n'avons qu'à organiser un dîner chez eux, demain soir. Et, nous ferons des efforts elle et moi, je te le promets !
    - Bon, d'accord... Je vais appeler Louis pour lui en parler. Je préciserai bien sûr que cette idée vient de toi. me répond ma mère en souriant.
     Fière de moi, je monte et file à la salle de bain pour me prendre un bain brûlant et mousseux.

     

     


    votre commentaire
  • Point de vue de Mike :

           Mathias et moi sommes en train de patienter dans la salle d'attente. Nous attendons des nouvelles de Clara. Selon les médecins, elle a une double fracture et un tendons enflammé.
    - Je n'arrive pas à croire ce que tu me dis ! m'exclamé-je. Ce n'est pas possible !
    - Ecoute, moi non plus ça ne m'enchante pas ce qui est en train d'arriver, mais Florencia et vraiment passé du mauvais côté !
    - Ce n'est pas possible je ne dis !! Elle ne peut pas faire ça ! Elle ne peut pas me faire ça...
      Comme pour me montrer qu'il comprend; mon cousin me prend dans ses bras et me fait une petite accolade. J'ai envie de hurler mon désespoir. Je ne peux pas y croire, je ne veux pas y croire.
    - Tu en es vraiment sûr ? insisté-je.
    - Sûr, non. Il faut que je la vois pour en être sûr. Ecoute Mike, je l'aime tout autant que toi, si ce n'est plus.
    - Quoi ?! Comment ça ?!!
    - Revoilà le médecin ! On va savoir comment va Clara; répond-il.
     Méfiant, je m'approche quand même du docteur.
    - Alors, comment va-t-elle ? je demande.
    - Sa blessure est très bizarre. Comment s'est-elle fait mal déjà ?
     Mon cousin et moi nous regardons un instant; puis, il répond :
    - Elle marchait dans la rue, et, elle est tombée. Elle venait de partir de chez nous.
    - Pourquoi ? C'est grave ? m'inquiété-je.
    - Ne vous inquiétez pas monsieur. Tout va bien se passer. Nous allons l'opérer car la blessure est étrangement prolongée sur toute sa jambe. Nous allons voir ce que l'on peut faire, les radios n'en disent pas assez. 
     Je soupire.
    - On peut la voir ? demandé-je.
    - Normalement, non. Pas maintenant, elle doit se reposer avant l'opération... Mais, je vais voir ce que je peux faire. Qui êtes-vous pour la patiente ?
     Je réfléchis un instant puis dis :
    - Son petit ami. 
     Mathias me fait des signes que je ne comprends pas. Il tente de me dire quelque chose en vain. Lorsque le médecin s'éloigne, il me demande :
    - Pourquoi tu as dis ça ?!
    - Il ne m'aurait pas laissé la voir sinon. Et, je te rappelle que toi aussi tu me dois des explications.
    - Ah oui ? Pourquoi ?!
    - Pour ce que tu m'as dis tout à l'heure, à propos de Florencia. Qu'est ce que ça veut dire hein ?! Elle te plait ?!!
     Je sens la rage monter en moi. Comme mon cousin ne me répond pas, je continue :
    - Réponds ! Elle te plait ? Tu la trouves "bonne" ?!
    - Non ! finit-il par répondre.
     Un court silence s'installe.
    - Je ne la trouve pas "bonne" comme tu dis. Elle me plait, oui. 
     Je me retiens de lui mettre mon poing dans la figure parce que l'on est dans un hôpital, mais ce n'est pas l'envie qu'il me manque.
    - Quoi ?!
    - Tu as très bien entendu Mike. Bon, je te laisse, je vais passer chez Florencia, je vais voir ce que je peux faire pour elle.
      Sur ce, mon cousin part sans même me laisser le temps de répondre.

    Point de vue de Florencia :

         Alors que je suis en plein rangement; quelqu'un frappe à la porte. Sans doute un facteur qui ne sait pas mettre le courrier dans la boite aux lettres. Ou encore un vendeur qui fait du porte à porte... Je décide de ne pas aller ouvrir. Je me sers de mes pouvoirs pour contrôler un pot de peinture et un pinceau, afin de commencer à repeindre ma chambre.
    Papa et Jack travaillent ensemble aujourd'hui. Simone est allée faire les courses.
    Je profite du fait d'être seule pour refaire toute la décoration de ma chambre. Après tout, je fais ce que je veux. Il y a bien assez de pièces dans cette maison pour que l'une d'entre elle soit décorée à mon goût.
    Rapidement, un mur est repeint en gris foncé; et un autre en rouge cerise. Ces deux couleurs vont parfaitement bien ensemble.
    J'entends alors la porte d'entrée s'ouvrir. Je sais d'avance que ça ne peux pas être papa, il rentrera tard ce soir, il me l'a dit.
    - Qui ose rentrer chez moi ? m'écrié-je du haut de l'escalier.
     Aucune réponse. Je descends les marches à toute vitesse et gagne le rez-de-chaussée en quelques secondes.
    J'aperçois alors Mathias, debout dans le salon.
    - Que fais-tu ici ? demandé-je froidement.
    - J'avais besoin de te voir, de savoir comment tu allais.
    - Je vais très bien. D'ailleurs, je suis occupée, alors merci d'être passé !
     Je commence à le pousser vers la porte d'entrée, afin de le faire sortir d'ici.
    - Florencia, arrête...
    - Je ne veux pas te voir ! Ni toi ni ton imbécile de cousin !! crié-je.
     D'abord surpris, Mathias émet un petit mouvement de recul. Puis, il s'approche de moi prudemment.
    - Flor, qu'est ce qu'il se passe ?..
    - Vas t'en !!
    - Pas sans être sûr que tu vas bien. 

    "Par les puissances de la nuit,
      Toi, Mathias;
      L'homme soit disant si coriace,
      Je t'ordonne de rester en dehors de ma vie !"

    Fière de moi, j'attends un quelconque résultat. Malheureusement, je me rends assez vite compte qu'il a su contrer mon sort.
    - Florencia, je suis plus fort que toi ! Je m'exerce depuis bien plus longtemps ! Laisse-moi t'aider...
    - Jamais ! Je n'ai pas besoin de toi, je n'ai besoin de personne ! Maintenant, casse toi d'ici !
     Je jette un regard noir à Mathias et celui-ci sort de ma maison sans insister plus que ça. Je remonte m'enfermer dans ma chambre après avoir refermer la porte à clef. 
    Un sourire malsain aux lèvres, j'observe ma nouvelle décoration : des posters de rock, des têtes de morts. De nouvelles couleurs, une nouvelle vie, une nouvelle Florencia.
    Néanmoins, j'éprouve tout de même un léger pincement au cœur; une part de moi ne veux pas complètement passer à autre chose. J'efface tout de suite cette idée ridicule de mes pensées et me couche. Je suis épuisée.

     


    3 commentaires
  •         Cher journal; une trentaine de jours se sont écoulés; mon couple avec Mike va très bien. Pourtant, je me sens mal. Je me sens coupable, sale. J'ai embrassé son cousin, et il ne le sait pas. J'ai beau me dire que c'est passé, que j'étais bourrée, que je n'étais pas moi-même; une partie de moi s'en veut. Et, je ne peux rien faire pour y remédier; appart avouer à mon copain la vérité.
    Mais, serait-ce raisonnable de risquer de détruire la relation qu'ont les deux cousins ? Non, je ne veux pas faire ça... Je ne peux pas !

    Je m'habille très simplement aujourd'hui : un slim noir et un pull bordeaux. Pour assortir la tenue, je prends mon sac à main noir et mes bottines noires, puis, je sors. Je me rends chez mon petit ami à l'improviste, après tout, il est déjà 11h45, et, un samedi matin, il doit être réveillé.
    Lorsque j'arrive, je frappe à la porte. La maman de Mike vient m'ouvrir. Lorsqu'elle m'aperçoit, elle semble hésiter un moment avant de me laisser entrer.
    - Je peux ? demandé-je.
    - Ah, euh, oui. C'est que, je faisais un peu de ménage, et... Vas y entre.
    - Merci.
     Je me faufile par l'ouverture de la porte et demande :
    - Mike est là ?
    - Non ! Enfin, si. Mais, il est occupé avec... Avec sa chambre, je lui ai dis de la nettoyer.
    - Je vais aller lui donner un coup de main alors.
     Je monte les escaliers, en réfléchissant. Dois-je lui dire pour Mathias et moi ? Il ne le prendra pas mal, puisque ça fait longtemps, et que je n'étais pas dans mon état normal...
    J'ouvre la porte de sa chambre, et j'ai la mauvaise surprise de voir quelque chose qui ne me plait guère : Clara.
     Mon copain se retourne en sursautant, il était vers sa fenêtre, pendant que Clara est allongée sur son lit.
    - Flor ?!
    - Oui.
    - Tu ne m'avais pas dit que tu passais !
    - Je sais.
     Il y a un moment de silence; Clara me fixe, un léger sourire de satisfaction au coin des lèvres. Je dis :
    - Ta mère a raison, il faut que tu fasses le ménage ici.
    - Tout à fait d'accord, il y a des choses qui n'ont rien à faire là; renchérit Clara en insistant sur le mot "chose" et en me regardant.
     Je n'y crois pas. Je n'ai qu'une envie : lui arracher la tête à cette sale.. Grrr...
    - Florencia, tu peux nous laisser ? continue cette peste.
    - Pardon ?!
     Je regarde Mike, cherchant un peu de soutient de la part de mon petit ami. Celui-ci ne dit rien et baisse les yeux.
    - Mike ! Je peux te parler une seconde ?
    - Euh oui..
     Nous sortons de la chambre et allons dehors.
    - Tu m'expliques ?!
    - Quoi ?
    - Comme ça quoi ?! Tu ne m'avais pas dit que tu le ferrai sortir de ta vie ?
    - Flor, calme-toi... Elle ne fait rien de mal...
    - Ah non mais ça c'est la meilleure ! Tu ne vois pas qu'elle va briser notre couple ?
    - Arrête de dire n'importe quoi Florencia ! Tu es complètement paranoïaque ! Clara n'a rient fait du tout, elle est passée me voir parce que c'est mon amie c'est tout.
    - Tu te moques de moi là ?! Tu me dis qu'elle n'est pas en train de briser notre couple ? Ouvre un peu les yeux ! On est en train de se disputer à cause d'elle !
    - Non, c'est à cause de toi qu'on se dispute, répond-il sèchement. Clara n'a rien à voir là-dedans.
     J'encaisse le coup et ferme les yeux pour tenter de garder mon calme.
    - Mike, je croyait qu'on s'aimait et que rien de pouvait nous faire nous séparer. Je croyais qu'on n'aillait pas se disputer pour des choses aussi insignifiantes.
    - Eh bien peut-être qu'on ne s'aime pas assez.

    Point de vue de Mike :

    A peine ai-je prononcé ces mots que je les regrette déjà. Florencia fait un pas en arrière, elle s'éloigne de moi.
    - Non, Flor... Désolé. Attends, ce n'est pas ce que je voulais dire...
     Je tente de prendre sa main, mais elle se recule encore plus. Une larme coule le long de sa joue, je déteste la voir comme ça. Je déteste le fait de savoir que c'est de ma faute. A l'heure qu'il est, je me déteste.
    - Florencia...
     Ma voix se brise. Cette situation m'attriste vraiment.
    - Laisse-moi. finit-elle par répondre. Laisse-moi tranquille. Ne cherche plus à me voir, ni même à me parler.
    - Florencia, tu précipites trop les choses ! Mes mots ont dépassés mes pensées !
    - J'y crois pas... Je ne te reconnais plus. Il y a quelques jours encore tu étais persuadé que toi et moi c'était pour la vie, tu étais près à mettre cette fille de côté pour moi; et aujourd'hui tu remets en doute les sentiments qu'on a l'un pour l'autre ?
     Je baisse les yeux, je me sens vraiment stupide. La porte d'entrée s'ouvre, je me retourne : Clara vient de sortir de la maison. Elle a rassemblé ses affaires; avec un peu de chance, ça va calmer ma copine. Elle se place devant moi et me dit au revoir :
    - A plus tard beau brun ! me dit-elle en déposant un long baiser sur ma joue; juste au bord de mes lèvres.
     Elle se retourne et commence à partir à pieds. Florencia est devenue rouge. Je n'arrive pas à savoir si c'est parce qu'elle pleure ou parce qu'elle est vraiment très énervée. Je me rapproche rapidement d'elle et prends sa main. Elle la retire immédiatement.
     J'entends un cris au loin. Florencia me regarde, son regard a changé, il y a une lueur plus sombre dans ses yeux.
    - Tu devrais aller voir ta petite protégée, elle vient de se casser une cheville.
    - Q-quoi ? Comment tu sais ça ?
     Elle se contente de me sourire; un sourire malsain. Mauvais. Oh non, elle est la responsable !
    - Florencia ! Pourquoi tu as fait ça ?!
    - Pourquoi ? Pourquoi ? Réfléchis bien !
     Elle s'éloigne en courant. Je pars dans la direction opposée pour aller aider Clara.

    Point de vue de Florencia :

     Je cours sans m'arrêter. La tristesse que je ressentais il y a encore quelques minutes a disparue. Je ne ressens plus que... De la haine. Sur le trajet du retour, j'ai cassé une ou deux boîtes aux lettres, pour me détendre un peu.
    Je rentre chez moi, jette mon sac sur la table et monte dans ma chambre. Je trouve que ma décoration est vraiment... Moche. Je jette quelques photos de famille, sur lesquelles se trouvaient ma mère, mon père et moi-même. Quand nous étions encore une famille unie.
    Je trouve ça pathétique de garder ce genre de choses dans ma chambre.

    Point de vue de Mathias :

     Je rentre le plus vite possible. Mike vient de m'appeler en me disant que Florencia avait fait en sorte que Clara se casse une cheville. L'ex de mon cousin est dans une sale posture.
    Je gare rapidement ma voiture à proximité de l'accident. J'aide Mike à placer Clara sur la banquette arrière de la voiture, puis nous montons à l'avant.
    Sur le trajet, Mike m'explique tout ce qu'il s'est passé.
    - Et après, elle est partie en courant juste après m'avoir fait comprendre que Clara s'était fait mal...
    - Tu sais où elle est partie ?
    - Je pense qu'elle est rentrée, me répond-il.
     Nous arrivons aux urgences, des médecins transportent Clara jusqu'à une chambre d'hôpital. 
     Pendant qu'ils sont sans aucun doute en train de lui faire un bandage; Mike et moi continuons de parler.
    - Pourquoi elle a fait ça à ton avis ?
    - Je ne sais pas trop.. répondé-je.
    - Par jalousie ?
    - Non, je crois plutôt que... La magie noire a prit le contrôle. Elle risque de devenir dangereuse Mike...
    - Quoi ?!
    - Je crains qu'on ait perdu Florencia...           


    votre commentaire
  • Point de vue de Mathias :
          
      Florencia continue de m'embrasser. Je lui rends chacun de ses baisers malgré moi, il faut dire que j'attends ça depuis tellement longtemps... Elle passe alors ses mains sous mon tee-shirt et caresse mon ventre. Je les lui retire rapidement avant qu'on aille plus loin :
    - Non Florencia. Non...
    - Pfff t'es pas rigolo !
    - Et toi tu n'es pas toi-même, tu es complètement bourrée.
    - Non, même pas vrai d'abord ! J'ai tous mes esprits ! Regarde !
     Elle m'embrasse de plus belle et recommence à balader ses mains sur mon torse. Je l'écarte légèrement de moi :
    - Flor, arrête. Je suis sûr que ce n'est pas ce que tu veux.
    - T'es pas drôle !
     Elle me pousse violemment et sort de la pièce comme une furie. Je cours pour la rattraper et pour éviter qu'elle fasse ou dise n'importe quoi.
    Nous passons devant Mike, il ne voit pas Florencia, mais, il me regarde étrangement :
    - Mathias, qu'est ce que tu fais ? me demande-t-il.
    - Moi ? Bah, je me cherche une cavalière pour danser.
    - D'accord. me répond-il en riant.
     Je m'éloigne et rattrape Florencia. Elle est devant la piscine, prête à sauter toute habillée. Lorsqu'elle me voit, elle s'écrie :
    - Eh Mat' ! Tu viens te baigner ?
     Je soupire et accours vers elle. Arrivé à sa hauteur, je me place derrière elle, passe mes bras autour de sa taille et la tire en arrière. Elle explose de rire; quelques personnes se retournent vers nous.
    - Tu me chatouille ! Ahahaha !!
     Je l'entraine un peu à l'écart et lui dit :
    - Florencia, on va rentrer.
    - Non.
    - Si.
    - NON ! crie-t-elle en fronçant les sourcils.
    - Flor...
     Je la tire par le bras et l'entraine vers la sortie. Elle se débat tant qu'elle peut, puis elle explose de rire, puis elle crie; tente de me séduire :
    - Mais lâche moi ! dit-elle en essayant d'enlever ma main.
    - Non.
    - Mais... AU SECOURS ! AIDEZ-MOI !!
    - Chut !
    - T'as un joli petit derrière Mathias, tu sais ?
    - Florencia.
    - Je rigole... T'es juste hyper canon.
    - Flor !
    - T'es pas zentil ! Tu me cries dessus...
     Elle se met soudain à pleurer. Je soupire et l'aide à monter dans ma voiture. Je l'attache car elle n'a pas l'air décidé à le faire seule.
    Je fais le tour du véhicule et monte dedans à mon tour. Je démarre. Je tourne la tête vers mon amie, qui a les bras croisés, la tête tournée vers la vitre : elle boude.
     Nous roulons en direction de chez elle. A mi-chemin, elle se met à me fixer. Son attitude est très perturbante.
    - A cause de toi j'ai pas pu aller dans l'eau. me dit-elle.
    - Je sais.
    - Tu voulais pas que je continue à t'embrasser en plus.
    - C'est pas ça...
    - Alors c'est quoi ?
    - Tu n'es pas dans ton état normal. Tu fais n'importe quoi.
    - Non.
     Elle pose alors sa main sur ma cuisse. Elle la remonte petit à petit. Ce contact ne me laisse pas indifférent, mais, je retire rapidement sa main. Elle souffle puis regarde la route.
     Nous arrivons chez elle, je gare la voiture devant sa maison, puis, je l'aide à descendre. Elle est à moitié endormie. Lorsqu'elle marche, ses jambes partent sur le côté, j'ai peur qu'elle se foule une cheville avec ses talons.
    Je la porte alors, et monte quelques marches avant d'arrivé devant la porte d'entrée.
    Une fois dans la maison, je la monte dans sa chambre et l'allonge sur son lit. Elle ne tarde pas à s'endormir.
    Je profite de cet instant de répit pour appeler Mike avec le portable de Florencia.
    - Allô Flor ? répond-il en décrochant.
    - Non, c'est Mathias.
    - Pourquoi tu as son portable ?
    - Je viens de la ramener chez elle, ta copine était complètement bourrée.
    - Ah merde ! Je pensais qu'elle était avec Lisa.
    - C'était le cas, mais, ça ne l'a pas empêché de boire.
    - Bon, d'accord. Je vous rejoins tout de suite !

    Il raccroche et ne tarde pas à arriver. Nous passons tous les deux la nuit chez Florencia. Nous nous installons chacun sur un fauteuil et nous endormons dessus, dans sa chambre.

    ......................................................................................

    Point de vue de Florencia :

              Lorsque je me réveille, j'ai un mal de crâne affreux. J'ai du mal à ouvrir les yeux.
    Je me redresse sur mon lit, et observe ma chambre. Ma vision se trouble, puis, je commence à y voir clair. Je vois alors Mike et Mathias, endormis sur des fauteuils au bout de mon lit. Par reflexe, je regarde ma tenue : je suis encore en robe.
    Ce qui est étrange, c'est que je ne me souviens pas être rentrée. En fait, je ne me souviens pas du tout de la soirée d'hier.
    - Psst ! Les gars ? Vous pouvez me dire ce que vous faites ici ?!
     Mathias est le premier à ouvrir les yeux; lorsqu'il m'aperçoit, il me sourit. Mike ne tarde pas à se réveiller lui aussi.
    - Tu vas mieux Florencia ? me demande Mathias.
    - Bah oui, enfin; j'ai mal à la tête... Je ne me serrai pas pris une enclume sur le crâne hier ?
    - Non... Malheureusement, répond Mike en riant.
     Les deux garçons se regardent et échangent des regards entendus.
    - L'un de vous aurait-il l'amabilité de me dire ce qu'il s'est passé hier ? insisté-je.
    - T'étais complètement bourrée; m'assure Mathias.
    - Quoi ? m'étonné-je.
    - Hum, disons que tu tiens très mal l'alcool.. ajoute mon petit ami.
    - Oh non... Qu'est ce que j'ai fais ?
    - Demande à Mathias, tu étais avec lui, c'est lui qui t'a ramenée.
    - Ah...
    - Tu veux boire quelque chose ? me demande mon copain.
    - Oui s'il te plait, j'ai très soif.
    - D'accord, je te ramène un verre d'eau; pas d'alcool. me répond-il en me faisant un clin d'œil.
     Je lui lance un coussin avant en riant avant qu'il quitte la pièce. Puis, je me tourne vers Mathias, qui s'est déjà levé et rapproché de moi.
    - Qu'est ce que j'ai fais ?.. demandé-je.
    - Pas grand chose d'important; tu as voulu te jeter dans la piscine, tu m'a fais danser la valse alors que la musique bougeait, répond-il en riant.
    - La honte... C'est tout ?
    - Non.
    - Bah qu'est ce que tu attends pour me dire ce que j'ai fais d'autre ?
    - C'est compliqué Flor.
    - Pourquoi ?
    - Parce que tu m'as embrassé. Et, que tu as voulu aller plus loin.
    - Quoi ?!
    - T'inquiète pas, tu étais bourrée...
    - Qu'est ce qu'on a fait Mathias ?
    - Rien, on s'est juste embrassés, et, je t'ai arrêté avant qu'il ne se passe quoique ce soit d'autre.
     Soudain, Mike entre dans la pièce, un verre d'eau à la main. Il s'approche de moi et me le tend. Je jette un coup d'œil à son cousin, attrape le verre et bois tout.
    - Oulah ma belle.. En effet, tu avais soif.
     Il se penche sur moi et me vole un doux baiser. Par reflexe, je regarde Mathias, qui a l'air d'encaisser le coup. D'ailleurs, il dit :
    - Bon, je vais vous laisser; appelez-moi s'il y a le moindre problème.
     Il se dirige vers la porte, je l'interpelle :
    - Mathias ?
    - Oui ?
    - Merci. De m'avoir ramenée. Et, de m'avoie éviter de faire n'importe quoi..
    - De rien.
     Il referme la porte derrière lui. Me voilà seule, avec mon petit copain.
    Il contourne mon lit, puis se couche à côté de moi. Je pose ma tête sur son torse pendant qu'il passe son bras autour de moi. Je me blottis contre lui.
    Il dépose un baiser dans mes cheveux, puis, il me dit :
    - Désolé Florencia.
    - Pourquoi ?
    - J'aurai dû rester avec toi et t'empêcher de boire n'importe quoi.
    - Ce n'est pas ta faute. J'étais consciente de mes actes.
    - Mais tu as perdu le contrôle.
    - Je vais bien Mike. Et je t'aime.
     Je relève la tête vers lui, puis l'embrasse passionnément. Lorsque mes lèvres touchent les siennes, je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qu'il s'est passé avec Mathias hier soir...
    Que m'arrive-t-il ?


    4 commentaires