• Onzième chapitre.

              Ce matin, je suis en pleine forme. Une fois levée, je descends directement jusqu'à la cuisine, où je prends un pancake ou deux. Je les mange sur le court trajet qui mène à la salle de bain. Je mets une jupe rose pâle qui m'arrive un peu plus haut que les genoux ainsi qu'un haut noir moulant. 
    Je décide de me boucler les cheveux avec un boucleur de chez Remington. Une fois prête, je me dirige vers l'arrêt de bus le plus proche; aujourd'hui, je n'ai pas envie d'aller au lycée en limousine. Je dois parler à Lisa ainsi qu'à Mike. Personnellement, je pense que ma "meilleure amie" peut attendre. En descends du bus, je vois Matthew qui arrive tout juste.
    - Hey, on monte ensemble Florencia ? me demande-il.
    - Pourquoi pas ?
    Nous montons la petite côte et partons aux casiers. Je pars dire bonjour à Sophia. Jeff est encore absent aujourd'hui. Soudain, au fond de la cour, je vois quelque chose d'affreux : Lucie riant avec Alexia, Cindy et Mélodie. Les quatre filles se retournent vers moi et me lancent un regard noir. Sophia me dit :
    - Eh oui, moi aussi ça m'a étonné... Mais elle a décidé de changer d'amis. Elle ne parle plus à personne de notre groupe. Et elle a l'air d'être la meilleure amie d'Alexia.
    - Quoi ? Mais comment c'est possible ?.. Elle les critiquait il n'y a pas plus tard qu'une semaine et là... Et Lisa ?
    - Lisa est avec nous, d'ailleurs elle voudrait te parler.
    - Ouais, je sais. Je vais aller la voir. Merci Sophia.
    Je sourie à mon amie puis lui passe à côté en cherchant Lisa du regard. Elle me trouve avant :
    - Florencia ?..
    - Oui, tu voulais me voir apparemment ?
    - Oui... Ecoute... Je suis désolée, voilà. Je n'aurai pas dû te laisser en plan comme ça, tu ne m'avais rien fais et moi je t'ai laissée. Je le regrette tu sais ? Si je pouvais remonter dans le temps je le ferai et je changerai ce que j'ai fais...
    - Mais c'est impossible, je la coupe.
    - Je sais bien... Mais voilà, je m'excuse. Si tu ne veux pas me pardonner, je comprendrai... Je n'aurai jamais dû faire ça et c'est normal que tu m'en veuilles. Quand je vois ce que Lucie devient, je me rends compte que c'est elle qui est en tord, et non pas toi.
    - Lisa...
    - Non, laisse moi finir s'il te plait. Elle m'a dit que si jamais tu t'approchais de Mike, elle te le ferai payer. Et maintenant qu'elle est la grande amie d'Alexia, je ne sais pas de quoi elle est capable. Et je me dis que c'est peut-être de ma faute, parce que, si je ne l'avais pas suivis dans ses délires de fille parano, elle n'en serait pas arrivée là...
    - Lisa, tu n'y es pour rien..
    Je dois avouer que tout ce qu'elle vient de m'avouer me touche au plus profond de moi même. Toute la colère que j'éprouvais pour elle s'envole, je ne peux plus lui en vouloir. Elle a l'air complètement bouleversée...
    - Je te pardonne Lisa, c'est terminé. Viens là...
    Je prends mon amie dans mes bras, elle sanglote.
    - Je ne t'en veux plus, mais évite de refaire ce genre d'erreur s'il te plait, je reprends.
    - Merci Florencia, vraiment, merci. Je ne sais pas ce que je ferai sans une amie extraordinaire comme toi.
    Pendant que Lisa part à son casier, je m'approche de Christopher et lui dis bonjour, tout de suite, il me dit :
    - On est d'accord que j'ai gagné la bataille de nourriture d'hier hein ?
    - Ce n'est que partie remise, ne te vente pas trop ! je lui réponds en riant.
    Lorsque je pars me ranger avec Sophia et Lisa, Alexia, Cindy et Lucie nous suivent de près.
    - Regardez-moi ces ploucs ! Beurk, et dire qu'elles sont dans ma classe ! peste Alexia.
    - Oui, c'est sûr, tu n'as vraiment pas de chance, renchérit Lucie, ce sont juste des traîtresses.
     Sophia bouillonne, je le vois bien, mais aucune de nous trois ne voulons répondre à ces provocatrices. Jacob arrive et pince la taille d'Alexia. Celle-ci se retourne et l'embrasse. (Beurk) Nous profitons de cet instant pour nous éloigner de ces filles insupportables. Et dire qu'avant, l'une d'elles était notre amie...
    Les deux premières heures de cours (français) se passent bien : je suis à côté de Sophia; donc c'est une bonne ambiance. Jacob s'est fait déplacé car il ne faisait qu'embrasser sa copine en plein cours. Les types comme lui, ça me désespère...

    Depuis un bon moment, j'ai remarqué que Mike ne fait que me regarder. Il me scrute sans cesse, et me sourie dès que je le regarde. Je ne peux m'empêcher de repenser à hier, quand il était chez moi, dans ma chambre. Je suis tellement perdue dans mes pensées que le seul moment où je me vide la tête; la cloche sonne. J'ai rêvassé pendant deux heures !? Je suis la dernière à sortir de la classe car mes affaires étaient encore toutes éparpillées sur ma table quand ça a sonné.
    En marchant dans les couloirs, j'essaie de démêler mes écouteurs. Il y a beaucoup de nœuds, je ne comprends pas pourquoi puisqu'ils étaient rangés dans mon sac. Soudain, je les fait tomber par terre.
    - Roh, zut !
    Je me baisse et les récupère puis reste quelques instants accroupie pour continuer de les démêler.
    Lorsque je me relève, un garçon se trouve juste devant moi, je suis tellement proche de lui que mes lèvres frôlent les siennes avant même que je sache qui c'est. C'est comme si une décharge électrique me traversait tout le corps, comme si j'étais sur le point d'embrasser un ange. Un parfum masculin se mélange au mien. Mes yeux ne cessent de fixer les lèvres de ce garçon. Je reprends mes esprits et me recule rapidement. J'ose à peine regarder qui j'ai failli embrasser. Quoi ?! Je rêve ?!! C'est Mike !
    - Oh ! Euh, excuse-moi. Je... Je ne sais pas où me mettre, je suis désolée, je voulais pas que.. Enfin, qu'on...
    - C'est rien. On oublie, me répond-il presque aussitôt.
    Mon ami paraît aussi gêné que moi, je crois bien que je rougis.
    - Oui, on oublie...  Euh, sinon, on devait parler toi et moi, de ce qu'il s'est passé hier chez moi...
    - Oui, que veux tu savoir ?
    Nous commençons à marcher tout en parlant, je me détends un peu.
    - Eh bien, d'abord, qu'est ce que tu voulais en venant à la maison ?
    - Je voulais te voir. J'ai senti que ta discussion avec Lucie ne s'était pas passée.
    - C'est exact. Enfin, comment ça tu l'as senti ?!
    - Une simple intuition. Du coup, je voulais m'assurer que tu allais bien, et par texto, c'est pas le mieux.
    - Moui, pas faux... D'ailleurs en parlant de Lucie, elle me déteste plus que jamais et elle est devenue amie avec Alexia Ambre.
    - J'ai vu ça ce matin oui, désolé pour toi...
    Je suis sur le point de répondre mais un garçon passe dans le couloir en courant, un ballon de foot à la main et crie :
    - Tu viens jouer Mike ?
    - Ouais ! J'arrive mec ! lui répond mon ami.
    Il se tourne vers moi et me dit :
    - J'y vais, à plus !
    Sur ce, il s'éloigne en courant après un de ses amis. 

    « Dixième chapitre.Douzième chapitre. »

  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Février 2016 à 18:46

    Ton chapitre est bien, peut être beaucoup de dialogues, j'aime bien l'histoire.

    J'ai rien à dire, tu te débrouille très bien.

    Ci tu à besoin d'aide n'hésite pas à me contacté.

    Cordialement

    Captaine Harlock

      • Samedi 27 Février 2016 à 20:44

        Merci, c'est très gentil, bonne soirée et à bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :